Un peu d’histoire

Depuis notre arrivée, nous n’avons pas encore pu creuser avec acuité l’histoire du manoir.

Nous pouvons simplement recouper quelques informations de son histoire contemporaine rapportées par les voisins, les visiteurs, l’entourage, les revendeurs notamment. De ces recoupements, nous pouvons déduire ceci :

Le manoir était un un véritable manoir de ferme utilisé comme tel par les anciens propriétaires. Mais une maladie a nécessité l’abattage du cheptel porcin. Ils ont alors pris la décision de mettre un terme à l’activité de ferme pour transformer les lieux. Ils ont été tour à tour crêperie et hôtel, et ont agrémenté la propriété d’un parc absolument radieux.

C’est en 1978 que la bâtisse aurait été totalement démontée puis remontée pierre par pierre (granite gris, granite rose, pierre de taille, escalier intérieur en bronze forgé sur place) afin de la rénover et l’assainir. Deux immenses blocs de pierre ardoise ont alors été acheminés dans la cour afin d’y tailler chaque ardoise de la majestueuse toiture reposant sur une charpente particulièrement imposante. Le bâti est donc parfaitement sain et costaud et nous l’avons ressenti dès que nous en avons franchi la porte.

Une histoire plus ancienne…

Les éléments que nous avons glanés viennent d’internet ainsi que par la visite d’associations locales et la rencontre avec M. Harbonville, sépcialiste de l’histoire de Servel.

Il serait fait mention du manoir de Knech Gourdiffen lors de la réforme des fouages de 1426…. S’agit-il du même lieu que le Krec’h Goulifern sur lequel le manoir dans sa forme actuelle a été construit ? Voilà une piste à creuser pour découvrir la véritable et complète histoire du manoir de Krec’h Goulifern.

Nous avons aussi appris qu’une certaine Marie Guyon est née au manoir au milieu du 17ème siècle. Vous pourrez découvrir qui est Marie Guyon sur la page de l’association pour la sauvegarde du chemin de croix de Servel. Elle est donc né au manoir de Kec’h Goulifern.

Deux choses nous intriguent. Un signe religieux est sculpté sur la porte en bordure de route. On trouve ce même gravé à côté de la porte de la cuisine, en façade du manoir. Ces signes identiques informent du fait que la bâtisse a été bénie. Quand ? Probablement au temps de Marie Guyon.

Un autre mystère semble être révélé. Depuis Marie Guyon toujours, le manoir  disposait d’une chapelle Saint-Yves. La statue de Saint-Yves en notre possession montre tous les indices permettant de conclure qu’elle date de la même époque. Plusieurs personnes ou associations travaillent à son identification. En attendant, nous avons décidé de la mettre en lieu sûr.

To be continued…